Yannick Kujawa, Elle dit

Dans la très belle préface qu’il consacre au présent livre, Yves Charnet note : «Ce n’est sans doute que ça, un fils. La voix de sa mère. De même qu’un écrivain n’est rien d’autre, à la fin, que quelqu’un qui entend des voix». Yannick Kujawa, dans son troisième livre que publient les éditions Le Bateau ivre, apparaît manifestement comme un écrivain de la voix ainsi qu’en témoigne celle qu’il restitue ici – celle de sa mère – dans toute sa simple beauté.

Ce qu’''Elle dit'', elle, la mère, c’est sa vie, son histoire, celle de sa famille, de ses origines polonaises. Une vie qui n’a pas été facile, avec la mort du père, alors qu’elle n’avait que dix ans puis avec la maladie de sa mère – un cancer – qui malgré la douleur continuait à travailler, à l’usine. Une vie amoureuse avec Henri, son mari, à qui elle aimait écrire des lettres, quand il était au service militaire et avec qui, au début tout au moins, elle «s’engueulait» dans la langue des aïeux.

Les petits bonheurs, les grandes peines jalonnent sa vie passée dans une cité minière du nord de la France. La vie, cette suite de souvenirs, défile à coup de petits riens, d’épiphanies, de trahisons et de douleurs, un peu à l’image de ces films super 8 transférés sur DVD dans lesquels elle se plonge : «Tout est mélangé. Une juxtaposition de séquences. (…) Je comble les blancs. L’image est un peu lente, entrecoupée, ça saute. Du passé qui remonte à la surface. (…) Je regarde. Je me noie dans les formes étranges de la brûlure».

Elle dit est le très bel hommage de l’écrivain à cette voix qu’il porte si bien. Ce n’est pas la sienne et c’est aussi la sienne, bien sûr. Il ne peut y avoir dans cette histoire familiale que l’archéologie d’un moi pudique qui s’immisce dans les silences du passé.

Arnaud Genon, in Parutions.com

Arnaud Genon est docteur en littérature française. Il enseigne actuellement les lettres et la philosophie en Allemagne, à l’Ecole Européenne de Karlsruhe. Visiting Scholar de ReFrance (Nottingham Trent University), il a notamment publié Hervé Guibert, l'écriture photographique ou le miroir de soi (Presses Universitaires de Lyon, en collaboration avec Jean-Pierre Boulé, 2015) et un roman, Tu vivras toujours (La Rémanence, coll. Traces, 2016).

 

Formulaire d'abonnement

  • Facebook

©2019 by Editions Le Bateau Ivre. Proudly created with Wix.com