Vient de paraître

IMG_20190628_201245 (2).jpg

Patrick Tillard, Un désir extrême (roman)

L’AUTEUR

Né en France, ce voyageur impénitent (il a parcouru l’Europe, l’Asie, l’Afrique, l’Amérique du Nord et l’amérique du Sud) a travaillé à Paris en tant que chef de production pour de nombreuses maisons d’édition.

Auteur de poèmes et de contes, il reçoit, en 2002, le Prix littéraire Jules Laforgue de la nouvelle, l’Apollon d’argent de la nouvelle (concours organisé par Poésie vivante) et le Premier prix du conte des Arches de l’océan (pour la nouvelle Les boîtes à Trésor).

En 1998, il se rend au Québec et s’installe à Montréal, où il achève en 2004 un doctorat en Recherches littéraires à l’Université de Québec.

Il a déjà publié un premier roman, Xanadou, des poèmes, des essais et des albums pour la jeunesse.



LE LIVRE

Un personnage émerge du vide, prend conscience de lui-même, explore sa représentation fictionnelle. En arrière-plan Robert Walser veille aidé de quelques pincées de Kafka et de Bartleby. Ce roman, voyage utopique, ressemble aux à-coups de notre survie avec ses interrogations, ses douloureuses hésitations, ses réponses chimériques. Armé d’une énergie peu commune et de visions troubles, le personnage se nourrit d’un inventaire d’images et de lieux éphémères avec une certaine illusion à l’égard de lui-même que ne dissimule pas sa grande ambition de dominer la littérature en despote. Cet être attachant tente ainsi d’exister dans un paysage mouvant, inlassablement en cours de création. Son récit doit être saisi comme une ensorcelante provocation à l’égard du paysage littéraire et de ses gémissements. Il y a donc du délire verbal, du sexe frustré, de l’excès et de la tyrannie, de la satire, du rêve et une certaine dose d’ironie. Son récit brouille et dévoile tour à tour une légitimation sans cesse repoussée, questionne intériorité, caractère, psychologie, espérances, dits et non-dits et bien sûr sincérité du personnage tout au long d’un voyage immobile.