Rechercher
  • Le Bateau Ivre

À paraître le 21 août : Cécile DELALANDRE, Œuvres poétiques

Enivre-toi mon Bel amour

Plus d'écorce.

Carne pourpre,

Le vent l’embrase.

Braises ma viande,

Flambante extase.

Mes rus sanguins

Charrient ta sève.

Lave bouillante,

Nuée ardente.

Ma chair à vif

Comme une offrande.

Dévore-la !

Bois mes entrailles,

Aspire mon sang,

Avale mon âme.

Je suis bûcher

À toi entière

Entièrement.

Je suis ta Jeanne

Sur un fagot de pampres roux.

Je suis ta coupe, ton ciboire.

Enivre-toi mon Bel amour

À fleur de peau

À peur de trop.


Si l'on devait ne pas mourir

Si l’on devait ne pas mourir

Mon amour, est-ce qu’on s’aimerait ?

Est-ce qu’on conjuguerait nos rires

Sur un futur qu’on rêverait ?


Toute une éternité à vivre

Sans issue, ni délai, ni but

Avec pour unique point de mire

Un présent à perte de vue.


Exit la douleur de l’absence,

L’angoisse du fatal dénouement,

Juste une danse de l’errance

Sans nécessité d’un onguent.


Si l’on devait ne pas mourir

Tu serais chien, je serais chienne

Et l’on s’accouplerait pour jouir

Sur les trottoirs de nos hygiènes.




2 vues0 commentaire