Rechercher
  • Le Bateau Ivre

À paraître le 21 août : Cécile DELALANDRE, Œuvres poétiques

Goût de terre

(Pantoum)


Goût de terre dans ma gorge En vomirai-je le fiel Pour qu’enfin ma salorge Redevienne mon ciel ?

En vomirai-je le fiel Que ma douce langueur

Redevienne mon ciel Loin des heurts et des leurres. Que ma douce langueur Où s’ébrouent mes tourments Loin des heurts et des leurres S’évaporent les amants. Où s’ébrouent mes tourments Dont je fais mes délices S’évaporent les amants Dans des feux d’artifice. Dont je fais mes délices Sacrifice rituel Dans des feux d’artifice

Qui ne sont que cautèles. Sacrifice rituel Sur les cordes de ma voix Qui se ne sont que cautèles

Comme un verbe sans foi. Sur les cordes de ma voix Que serre ma sous-gorge Comme un verbe sans foi Goût de terre dans ma gorge.


Des printemps

Des printemps

Temps premiers

J’en ai

Si tant vécus,

Si tant aimés.

Ô mes genêts, jamais

Pas vu

Le temps passer.


Des fleurs décolletées

Sur des routes cabossées

Des feuilles abandonnées

À mes arbres aimés,

Si douces.

Même giboulées en ai laissées perler

Sur la peau de mes jours,

Et puis la grêle lécher

Sous des tonnelles ombrées.

Ai bu toutes les rosées

Vu larmoyer des pluies

Derrière des moucharabieh

Jalousies, j'en ai ri.


J'ai battu tous les blés

Me suis faite fléau

Ai moulu tant de grain

Goûté à tous les vins.

Et puis le seringat sur le bord des chemins,

Jasmin blanc sur mon cœur

Si grisée,

Tentation sur mon corps,

Passion.


À l'horizon l'eau tonne dans des coupes de cristal

J’entends ses bulles qui sonnent au beffroi

De mon cloître

Aurais-je le temps ou l'heur

D'un nouveau printemps ?

Ô mes genêts, jamais

Pas vu

Le temps passer.


(Cécile Delalandre, Chat rose dans la gorge accompagné d'un poisson dans l’œil mais sans sauce)

9 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout